Image

LA PREMIERE FEMME MINISTRE DE L’ECONOMIE EN COTE D’IVOIRE

Kaba Nialé est à la fois discrète et efficace, avec à son avantage une parfaite connaissance des chiffres qu’elle manie avec aisance. La première collaboration entre Alassane Ouattara et elle remonte à l’année 1991. Alassane Ouattara est alors Premier ministre. C’est à cette époque qu’il recrute la jeune Kaba Nialé à son cabinet. Une collaboration qui se poursuit jusqu’à ce jour. Lorsqu’il conquiert le pouvoir d’état, le chef de l’Etat ivoirien fait d’elle sa ministre de la Promotion du Logement. Il fera par la suite un geste fort en faisant de Kaba Nialé la première femme ministre de l’Économie et des Finances (2012-2016).

C’est la preuve par mille d’une confiance à toute épreuve. Quatre années pendant lesquelles elle aura pour mission de remettre l’économie ivoirienne en scelle, de regagner la confiance et d’obtenir le retour des investisseurs en terre ivoirienne, sans oublier l’assainissement des finances publiques. L’argentière du pays met en place un lobbying très puissant, milite pour un code des investissements plus attractif avec un assouplissement de la politique fiscale, procède à l’informatisation de tous les flux financiers. La machine est en marche. ADO s’y connaît et suit de près ce qui se passe.

Les résultats sont probants. Le taux de croissance de la Côte d’Ivoire grimpe et est cité en exemple. De 2012 à 2016, en tant que ministre de l’Économie et des Finances, Kaba Nialé engage de nombreuses réformes sur les plans économique et financier qui contribuent à renforcer la confiance des investisseurs privés et des partenaires au développement. C’est sous sa gouvernance que la Côte d’Ivoire décide de se faire évaluer pour la première fois par des agences de notation financière, les plus réputées de la place mondiale, telles que Moody’s et Pitch.

C’est également sous sa houlette que la Côte d’Ivoire lance son premier eurobond, un effet de levier incontestable pour le financement du développement. Ce fait historique est l’œuvre de la ministre Kaba Nialé. Le pays procède à une mobilisation des ressources sur les plus grands marchés financiers internationaux. Cette opération est parfaitement exécutée et placera la Côte d’Ivoire dans le gotha des économies les plus dynamiques d’Afrique. L’économie ivoirienne est en plein boom. Le taux de croissance annuel moyen est de 9% de 2012 à 2016. Elle croit dur comme fer à l’émergence et se tient prête à aller au front.

Alassane Ouattara décide d’assigner à Kaba Nialé une autre mission toute aussi importante. En janvier 2016, Kaba Nialé passe au ministère du Plan et du Développement. Très portée sur les sujets de stratégie de mobilisation des ressources pour le financement des projets de l’Etat ivoirien, de suivi-évaluation des investissements réalisés ou en cours d’exécution, et de l’élaboration des stratégies de développement, la ministre soumet et obtient l’organisation du Groupe consultatif pour le financement du Plan national de développement couvrant la période de 2016 à 2020 (PND 2016-2020) à Paris, les 17 et 18 mai 2016.

« Économiste de première classe », aux dires d’Alassane Ouattara, est aussi celle qui portera à bout de bras la Conférence internationale sur l’émergence de l’Afrique (CIEA) qui s’est tenue à Abidjan, du 28 au 30 mars 2017.Véritable plateforme d’échanges pour stimuler le débat sur les conditions de l’émergence des pays africains, la CIEA réunit des décideurs d’Afrique et les partenaires au développement du continent pour débattre de la mise en œuvre des plans d’émergence.

De par ses fonctions de ministre du Plan et du Développement, elle siège au Conseil des gouverneurs de la Banque d’investissement et de développement de la CEDEAO (BIDC), la Banque africaine de développement (BAD) et de la Banque islamique de développement (BID). De juin 2019 à août 2020, elle présidera le Conseil des gouverneurs de la BAD. Son passage à la tête de cet organe phare de l’institution financière africaine par excellence restera à tout jamais marqué dans les annales de la BAD qui a effectué une Augmentation générale du capital (AGC) record. Au cours de sa 7e Augmentation générale du capital, la Banque africaine de développement a réussi à faire passer son capital de 100 milliards de dollars à 225 milliards de dollars, soit une augmentation du capital de 125%. Excellente conciliatrice, rassembleuse et meneuse d’hommes, Kaba Nialé a pris une part active dans la résolution de la grave crise qui a secoué la BAD et son président Akinwumi Adesina, et qui était due à la plainte des lanceurs alertes contre ce dernier. Son lobbying a permis à monsieur Adesina d’être réélu de manière triomphale.

Technocrate pur-sang, après une maîtrise en sciences économiques obtenue en 1985 à l’Université de Cocody, option économie publique, un diplôme d’ingénieur statisticien économiste au Centre européen de formation des économistes statisticiens des pays en développement (CESD), Paris, option macroéconomie, en juin 1989, la militante du RHDP étoffera son parcours académique avec un Diplôme d’études approfondies (DEA) en économie internationale et économie du développement de l’Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne, en septembre 1989.

Elle en a du coffre. Experte reconnue sur les questions fiscales et budgétaires, diplômée en gestion de politique économique de l’institut du Fonds monétaire international, en novembre 1993, Kaba Nialé, autrefois chargée de cours de macroéconomie et d’analyse statistique (1990-1992) à l’Ecole nationale supérieure de la statistique et d’économie appliquée (ENSEA), entretient des liens forts avec le président Alassane Ouattara qui n’hésite pas à lui confier des missions délicates. Ce qui lui a valu l’honneur de prendre une part active dans la rédaction du programme de gouvernement du président Ouattara, en 2010 tout particulièrement, en chapeautant la Commission Economie et Lutte contre la Pauvreté. Son parcours professionnel est un puissant atout pour elle.

La ministre du Plan et du Développement est rompue aux arcanes des métiers de l’économie et de la finance, mais aussi du management. De 1991 à 1996, Kaba Nialé est chargée d’études auprès du conseiller économique et financier du Premier ministre pour les questions fiscales et budgétaires. A ce titre, son rôle consistera à faire le suivi du programme économique et financier, et à participer à l’élaboration et au suivi de l’exécution du Programme d’ajustement sectoriel compétitivité (PASCO) mis en œuvre avec le concours de la Banque mondiale.

Le PASCO a procédé à d’importantes réformes portant sur la libéralisation de l’économie, la réduction, des coûts des entreprises, et l’assainissement de leur environnement de travail. A la Primature, elle montera en puissance pour devenir chef de cabinet adjoint du Premier ministre (1996-2000), puis directrice de cabinet adjointe à compter de l’année 2000. Entre-temps, de 1998 à 2000, la ministre Kaba Nialé est coordonnatrice nationale du programme d’ajustement et d’investissement du secteur des transports (CI-PAST) établi avec le soutien de la Banque mondiale, de l’AFD et de la KFW. Sur cette période, elle pilotera la gestion technique, administrative et financière d’une cellule de projet en relation avec plusieurs ministères. A cela s’ajoutera la préparation et la conduite des négociations à propos dudit projet.

Mais déjà à partir de 1992, elle siégera aussi au conseil d’administration de plusieurs cadors des secteurs public et privé comme la Société nationale d’opérations pétrolières PETROCI, (1992-2000), participera aux travaux du comité ad hoc mis en place par le gouvernement ivoirien pour préparer sa restructuration de 1997 à 1998. Elle est présente aussi aux conseils d’administration respectifs de la BIA0-CI (de 1996 à février 2001), et de la SOTRA (de mars 1999 à octobre 2000). De 2001 à 2003, cette éminence grise est conseillère en économie et bonne gouvernance au Bureau national d’études techniques et de développement (BNETD), et coordonnatrice de tous les projets BNETD en Guinée. En 2003, elle occupe le poste de directrice de cabinet du ministre de l’Artisanat et de l’Encadrement du Secteur Informel. Sa mission dans ce ministère prendra fin en 2005. De février 2006 à mai 2007, Kaba Nialé est nommée directrice générale par intérim de Côte d’Ivoire Tourisme, et conseillère technique au BNETD de juin 2007 à mai 2011, avant d’être promue ministre de la Promotion du Logement en juin 2011.

C’est donc forte de toute cette expérience de près de trente ans au sommet de l’Etat, que la brillante Kaba Nialé continue de rayonner auprès du président ivoirien qui ne cache pas sa fierté lorsqu’il la voit à l’œuvre. Brillante et déterminée, discrète et concrète dans ses choix et ses résultats, concentrée et ancrée dans le programme de gouvernement du président ivoirien, l’actuelle ministre du Plan et du Développement joue pleinement son rôle de sentinelle aux côtés d’Alassane Ouattara.

Be the first to comment on "LA PREMIERE FEMME MINISTRE DE L’ECONOMIE EN COTE D’IVOIRE"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*